Qui sommes-nous ?
- Le bureau
- Nos moyens
- Nos objectifs
- Recherche pilotes

Infos pratiques
- Nous rejoindre
- Nous contacter
- Participer aux sorties

Agenda
- Randonnée de la STAARP
- Randonnée de la STAARP 2010
- Edito
- Printemps-été 2009
- Début 2009
- Fête du vélo 2008
- Randonnée de la STAARP
- La STAARP dans le journal
- Fête du vélo 2007
- Archives 2005
- Archives 2006

Récits
- Récit étape MondoVélo
- Le marathon de Mao
- Une histoire de la bicyclette
- Visite des fontaines Wallace

Week-ends
     - Escapade bourguignonne
     - Récits Paris-Flers et Levallois-Honfleur
     - La balade du 23, 24 et 25 avril 2011, la balade des gens heureux
     - Un séjour bien arrosé !
     - WEEKEND EN NORMANDIE
     - Week-end dans l’Yonne
     - Pâques à Cépoy
     - Week-end au mont Ventoux
     - Chez Adrien et Marlène
     - Avallon 2008
     - Week-end à Epernay
     - Week-end de la Pentecôte
     - En Bretagne
     - Week-end dans le Poitou
     - Téléthon 2006
     - Perche 2006
     - Yonne 2006
     - En pique-nique
     - Au Puy de Dôme
     - En Mayenne

Rallyes
     - Levallois-Honfleur 2010
     - Levallois-Honfleur 2008
     - Randonnée de la STAARP
     - Festival de l’Oh !
     - Coupvray 2006
     - Rallye STAARP 2006
     - Rallye STAARP 2004
     - Rallye de Belleville

Itinérants
     - Un petit récit de notre balade le long du canal de Nantes à Brest
     - Flèche Nantes Paris
     - Pyrénées 2005
     - Tandems de la Néva 2003

Séjours
     - Aubusson d’Auvergne, du 17 au 21 juillet 2012
     - VOYAGE EN BRENNE
     - La STAARP dans le Pas-de-Calais - Semaine fédérale 2009
     - UNE SEMAINE DANS LA DRÔME
     - Récit sur SF de Saumur
     - Semaine fédérale 2007
     - Dans les Hautes-Alpes
     - Aubusson 2005
     - Alsace 2002
     - Aubusson 2003
     - Riccione

Liens
- HandicapZero
- Les Auxiliaires des Aveugles
- Joyeux Cyclos Parisiens
- FFCT
- Amicale Cyclo-Tandémiste

Récits - logo staarp


Une histoire de la bicyclette

Histoire de la PETITE REINE ou BICYCLETTE


Celui qui a inventé la bicyclette est Karl DRAIS, baron de Sauerbronn (1795 - 1851), il lui a donné comme nom la DRAISIENNE, et le 12 juillet 1817, il parcourt les 14,400 kilomètres qui sépare Mannheim du relais de poste de Schwetzingen en une heure.
Un autre brevet, déposé le 17 juillet 1818, à Paris sous le nom de "vélocipède".
Le mot figure en toute lettre, puisque l’engin a pour but de faire "de faire marcher une personne à grande vitesse".

Très en vogue au début du XIXe siècle, la DRAISIENNE est l’ancêtre de la bicyclette.
Karl DRAIS a inventé cet objet, pour avoir un moyen de transport plus rapide. Son idée était bonne car ce mode de transport est plus économique que les autres.
Construite en bois, dépourvue de pédales et dotée d’une curieuse direction à pivot, elle a donné naissance à la grande famille des "deux-roues".

C’est un demi-siècle plus tard, avec l’ajout de pédales que le vélocipède devient plus efficace et les Anglais, dès la fin des années 1870 créèrent ce qui se nommera " le grand BI ".
En 1881, il atteint presque la perfection, et pèse 10 à 11 kilogrammes à peine pour les modèles de course.
La bicyclette naîtra au milieu des années 1880.
Equipée de deux roues égales de dimension raisonnable, bénéficiant surtout d’une traction arrière par chaîne, elle s’impose rapidement.
Plus rapide et plus sûre, elle accroît son efficacité avec l’avènement du pneumatique.

En 1891, Charles Terrond, vainqueur d’un Paris-Brest-Paris sans étape, soit 1200 kilomètres en 72 heures !!!, bénéficie des premiers " Michelin " démontables.
Remplaçant les bandages pleins jusqu’alors en vigueur, le pneumatique, avec son enveloppe protégeant la chambre à air, s’imposa rapidement. Il garantissait des secousses et permettait d’aller plus vite.

Pour être tel que nous le connaissons aujourd’hui, il ne manque que le dérailleur qui permettra, sans avoir à mettre pied à terre, de changer de développement et d’adapter sa cadence de pédalage à tous les reliefs.
Après bien des tentatives, ces systèmes s’imposeront définitivement , en course, lors des années 1930.
Actuellement, le triple plateau, les systèmes à parallélogramme déformable, les jeux arrières pouvant aller jusqu’à neuf pignons, l’indexation aux leviers de freins offrent la possibilité de grimper aux murs ou de développer 10 mètres à chaque tour de pédales.

On créa aussi des bicyclettes conçues pour deux personnes : le TANDEM , mais aussi pour trois : la TRIPLETTE et n’oublions pas la QUADRUPLETTE et la QUINTUPLETTE .

De tous temps, les constructeurs essayèrent d’améliorer les performances de la machine, de diminuer son poids, de doter les vélos de course de formes aérodynamiques offrant moins de résistance à l’air.
Aujourd’hui, des prototypes sont construits en matériaux issus de l’industrie aérospatiale.
Si certaines innovations eurent une vie brève, d’autres comme le guidon de tri-athlète, les roues lenticulaires, ou les cadres monoblocs aidèrent à battre des records.

Le " vélo ", diminutif affectif de vélocipède, devint en peu de temps le compagnon des masses populaires, compagnon de travail et compagnon de loisirs.
En Europe du Nord, en Asie surtout, la bicyclette n’est pas seulement un instrument de loisirs mais aussi un objet du quotidien qui permet de résoudre en partie le problème de circulation des citadins.

Autres " vélos "  :
L’évolution du "design", toutefois, toucha aussi des vélos destinés à tous les publics.
Dans l’espoir de conquérir une clientèle, après la première guerre mondiale, les industriels américains s’étaient lancés dans l’élaboration de modèles "aérodynamiques" inspirés aussi bien de la moto que de l’avion ; c’était aux dépens du poids, et cette voie apparut sans issue.
Or, dans les années 1970, la Californie, terrain privilégié de l’écologie militante, allait à son tour réinventer le vélo ; ce seront les BMX ou BICROSS qui s’inspire justement des motos de CROSS aux très gros pneus, puis les mountain-bikes ou VTT .
Leurs "looks" respectifs tiendront d’abord d’un bricolage composite de pièces, revenant parfois au cadre en croix des années antérieures à 1890, pour mener à une mode nouvelle et rejoindre les techniques de "design" les plus modernes.

Les Vélos Tout Terrain ou V.T.T.  :
Il fut conçu en Californie à la fin des années 1970, les premiers modèles, dont celui de l’inventeur présumé, JOE BREEZE, étaient deux fois plus lourds que les vélos de course, mais depuis, les recherches des constructeurs ont permis d’alléger le poids.
Le vélo tout terrain n’arrivera en FRANCE qu’en 1983, et deviendra rapidement un produit de consommation de masse.

Alain

Recherche documentaire : Yoan K. et Marc A. - 5eD - Source : l’ABCdaire du Vélo aux éditions Flammarion. > Source : http://pedagogie.ac-aix-marseille.fr/



Paule a ajouté une rectification  :

En fait le Karl Von Drais a juste perfectionné le CELERIFERE , engin de type draisienne sans colonne de direction, en ajoutant la direction.
CELER est le mot latin pour rapide.
La Draisienne a permis de pouvoir charger la machine et la rendre utilsable pour le transport de marchandises.

Mais cocorico c’est le Francais Francois Michaux qui inventa les pédales et donc le pédalage.
Ce mec etait de l’Est et son gosse avait comme jouet une petite draisienne.
Donc le joujou ne marche plus et Michaux, serrurier de son état, en profite pour bricoler sur l’ axe de la roue avant des manivelles et des pédales .
Comme le test du gosse est OK, il équipe le parc existant de draisienne des environs en pédales et bien sûr brevette son invention.
On est vers 1850.
Sa renommée et sa fortune croissant, il monte une usine à Saint-Cloud (pas encore dans le neuf-deux) et devient le premier industriel de l’histoire du cycle. Cocorico  !!!

Voila il fallait rétablir la vérité qui sort des pédales, et pas du tout du VTT du yankee californien pseudo écolo qui sort son VTT du coffre de son buggy pour aller frimer sur la plage des bronzés !
Celui-là a uniquement inventé le farniente aux frais de la dérive du dollar US, tel le décadent romain qui a inventé de se baffrer couché.

Enfin pour la petite histoire, une colle interessante.
Comment les frères Michelin , habitants Clermont- Ferrand, sont-ils devenus les magnats du caoutchouc ?
Certes la culture de l’hévéa est des plus risquées dans l’agglomération Clermontoise.
Mais un jour une dame en bicyclette crève devant l’entreprise Michelin qui fabriquait Dieu sait quoi.
Cette dame sans doute illustre se revèle être une Ecossaisse sur bicyclette anglaise équipée de pneux Dunlop.
Michelin et son ouvrier mettent un temps fou pour effectuer la réparation de ce pneu non démontable, sans doute prennent-ils aussi des notes et des cotes.
C’est ainsi qu’il découvre le pneumatique et le caoutchouc et va le perfectionner en le rendant démontable, rendant possible l’épopée du 1er Paris-Brest-Paris .



[ en résumé ] [ plan du site ] [ @contact ] [ espace privé ]